vendredi 29 janvier 2010

L'iPad ne peut que s'imposer car il comble le vide entre l'écran de 4'' du smartphone et le 15'' du laptop

Comme à chaque annonce d'un nouveau produit, l'iPad connaît son lot de critiques.
Beaucoup se montrent déçus, ils attendaient un produit plus révolutionnaire.
Certains trouvent ses fonctionnalités limitées et ne voient qu'un grand iPhone.
Les plus pernicieux, en mal d'idées, s'en prennent à son nom.
Que répondre ?

Sur le nom, il faut rappeler que "pad" est un terme très usuel qui désigne depuis longtemps, un bloc note, un petit coussin, un tampon encreur. C'est aussi un suffixe courant utilisé dans "notepad", 'touchpad", "keypad", "mousepad"... C'est donc assez surprenant d'entendre ceux qui raillent son nom en rappelant que "pad" signifie "serviette hygiénique" (au sens "sanitary napkin").

Sur ses limitations fonctionnelles, la vérité, c'est plutôt le contraire. L'iPad propose dès sa première version un nombre impressionnant d'applications (celles de l'iPhone) et permet surtout de nouveaux usages. C'est, dès maintenant, un livre électronique en couleur, un lecteur dynamique de journal, un cadre photo et vidéo, un navigateur web, une console de jeux...

Mais, le plus l'important, c'est bien qu'il soit un gros iPhone car ce qui fait l'intérêt d'un produit, ce n'est pas son nombre de fonctionnalités, c'est d'abord sa taille (ce qu'on appelle le form factor).
Tout comme, le principal avantage d'un smartphone (et avant d'un PDA), c'est de tenir dans une poche, l'avantage d'une tabllette comme l'iPad, c'est d'être ni trop petit, ni trop grand et aussi pas trop lourd. On peut le tenir d'une main, on peut le tourner pour passer du mode portrait au mode paysage, on peut l'utiliser debout ou assis... tout ce qu'on ne fait pas confortablement avec un laptop et qu'on fait difficilement avec un smartphone à écran de moins de 4'' (même avec l'iPhone).

Enfin, si le produit n'est pas jugé révolutionnaire, il ne faut pas oublier que ce n'est que la première version. Souvenez-vous du premier iPod en octobre 2001 et comparez le à l'iPod classic de 2010.
L''iPad évoluera rapidement et deviendra vite un objet tout autant indispensable chez soi, dans les transports, en vacances que l'iPhone l'est devenu dans nos poches.

5 commentaires:

boulabiar a dit…

Quelle est la différence entre l'iPad et un TabletPC ?

iPad contient un très petit sous-ensemble de fonctionnalités du TabletPC. (Ceci est peut être un avantage...)

Un TabletPC ayant la taille d'un netbook (écran 9") sera peut être un produit concurrent à ce truc cher d'iPad.

On attend peut être aussi l'évolution des prochains netbook basé sur ChromeOS.

Puisque Google, d'après ce que je vois, est entrain d'investir beaucoup beaucoup sur l'interaction et les interfaces. Et a ses outils pour le marketing.

efpi a dit…

Le Tablet PC, c'est lourd, c'est épais avec son clavier physique, c'est surtout pas très fun avec son interface graphique à la Windows.
C'est un produit hybride mi PC, mi tablette pas très séduisant.
Comme je l'écrivais, tout l'intérêt de l'iPad, c'est son facteur de forme (fin, léger, forme adaptée à la dimension de la main).
Sans doute qu'un geek ou un technophile peut-être intéressé par un petit netbook, mais pas le grand public. Le succès des netbooks a duré moins de 2 ans, dès 2009, les smartphones leurs ont ravi la vedette et les récents smartbooks les rendent obsolètes.
Chrome OS est certainement une bonne idée car ça devenait compliqué de gérer séparément toutes les applications Google.
Mais, pour toucher le grand public, je parie plus sur l'iPad que sur les netbooks, il faut voir la réalité telle qu'elle est et pas comme on voudrait qu'elle soit, l'iPad est sur la piste de l'iPod et de l'iPhone.

pierr a dit…

Si le form factor est si important, ce ne sera peut-être pas l'Ipad qui va s'imposer mais bien l'ensemble des tablettes qui vont sortir.
Et si l'Ipad est en pôle position, je pense que cela est bien plus le fait de ses fans et du bruit que cela génère.
Car comme cela est arrivé avec l'Iphone et l'Ipod, les concurrents aux aussi vont faire évoluer leurs produits.

efpi a dit…

Quand un produit est leader, c'est toujours parce qu'il a séduit un grand nombre de personnes, on peut les appeler des "fans", des clients conquis, des acheteurs pragmatiques, ça ne change pas le problème.
La publicité joue aussi son rôle, c'est vrai qu'Apple maîtrise bien ce domaine depuis longtemps.
Certainement que d'autres tablettes vont sortir et évoluer, mais l'iPad évoluera aussi et ce ne sera pas si facile de rattraper celui qui est parti le plus vite.
Le cas de l'iPod est instructif, il représente 3/4 des ventes de lecteur MP3 aux USA et en 2009, le CEO de SanDisk, 2e acteur du marché, déclarait : "On ne peut pas déloger l'iPod ".

boulabiar a dit…

Les solutions low-cost sont ceux qui vont gagner à la fin.
Les produits Apple resterons limités aux "fan" et ceux qui ont beaucoup d'argents.

Les solutions avec un prix réduits surtout s'ils seront imposés par Google (devenu le plus grand ennemi de Apple, de Microsoft, et bcp d'autres compagnies)

un lien pour voir :
http://www.engadget.com/2010/03/09/freescales-7-inch-tablet-runs-android-chrome-os-or-linux-cost/

Personnellement, si cette tablette sorte je vais surement l'acheter (200$==150€ comparé à 500$ pour l'iPad)

Et les ingénieurs de Google sont des experts remarquables cotés UI et UX qui réfléchissent aux moindres détails et qui créent les interfaces pixel par pixel.